L’impact de la NBA en Chine

 

Parmi les 4 grandes ligues américaines, la NBA est très certainement celle qui a le plus d’exposition et de rayonnement à l’international. Cela s’exprime directement au sein de la ligue, avec des joueurs de toutes nationalités. Cela s’exprime également en dehors, que ce soit en Europe ou en Asie. Mais en ce qui concerne ses investissements hors de ses terres, la NBA a bien compromis quelle était sa terre promise. Celle où elle doit axer ses investissements et y rendre la ligue pérenne : la NBA en Chine.

 

Une trajectoire exponentielle depuis les années 80

 

L’histoire de la NBA en Chine commence dans les années 1980, à l’époque de la rivalité Lakers – Celtics. Le commissionnaire de l’époque, David Stern, fit alors le déplacement pour rencontrer les dirigeants de la chaîne étatique CCTV pour les convaincre de diffuser les matchs. Dire que cette stratégie fut une réussite serait un euphémisme. En effet, selon Derek Chang, CEO de la NBA en Chine, 640 millions de chinois ont consulté des contenus relatifs à la ligue en 2017 – 2018. Ce chiffre ahurissant représente un peu moins de la moitié de la population chinoise.

 

Un autre élément de taille a contribué à la popularité de la NBA dans le pays. Cet élément, c’est le géant Yao Ming. À son arrivée en tant que 1er choix de la draft en 2002, beaucoup doutaient de sa capacité à s’imposer. Mais Yao décida de leur prouver le contraire. Malgré de nombreuses blessures, il termina sa carrière en étant 8 fois All-Star et 3 fois All-NBA. Même le grand Shaquille O’Neal qui s’était donné pour mission d’humilier le rookie lors de leur première rencontre s’y cassa les dents. Il exprima plus tard son respect. Aujourd’hui intronisé au Hall of Fame, Ming est un ambassadeur important pour la ligue en Chine.

 

Les actions concrètes sur place

 

En vivant à Shanghai, on peut aisément ressentir cette ferveur pour le basketball au quotidien. Les meilleures actions des matchs de la veille sont diffusées sur les écrans des bus. Il suffit aussi de rentrer dans un centre commercial. On peut croiser successivement plusieurs boutiques NBA ainsi que des boutiques de la marque chinoise Li-Ning à l’effigie de Dwyane Wade. Le jeune retraité a en effet signé en 2012 un contrat avec la marque chinoise et prolongé celui-ci en 2018 à vie. D’autres joueurs majeurs ont depuis signé en Chine, dont CJ McCollum chez Li-Ning, Klay Thompson chez Anta, ou Tony Parker chez Peak.

 

Mais la NBA est très loin de se satisfaire de ces résultats déjà excellents. Derek Chang estime qu’il y a 1,3 milliards d’individus et que cela devrait être la cible à atteindre. Pour augmenter son audience, la ligue va continuer à organiser comme chaque année depuis 2004 les China Games. Cette année, ils verront les Lakers de Lebron James et les Nets de D’Angelo Russell s’affronter à 2 reprises. La première rencontre aura lieu le 10 octobre à Shanghai et la seconde le 12 octobre à Shenzhen. La NBA va aussi continuer à multiplier les partenariats avec les géants du digital chinois. Déjà partenaire de Tencent depuis 2015, la ligue commence à travailler avec China Mobile, Bytedance ainsi qu’Alibaba.

By | 2019-05-07T20:49:28+08:00 May 7th, 2019|Categories: China, Shanghai, Sport|Tags: , , , , , , , , , |1 Comment

About the Author:

I am a 23 years old #MBADMB student in Shanghai passionated by sports in general, especially rugby and basketball. I am also really interested in innovation, especially in the digital field.

One Comment

  1. Thibaud Stell May 7, 2019 at 11:49 pm - Reply

    Super insightful! I will share it with my qualitative audience…

Leave A Comment