Il y a encore quelques années, l’intelligence artificielle (AI) et l’IoT (Internet of Things) étaient de la pure science fiction pour le commun des mortels. Aujourd’hui, malgré quelques problèmes persistants, l’AI fait partie de nos quotidiens. Si on y prête attention, on la retrouve partout : au fond de notre poche, dans nos smartphone ou à la maison dans nos TV.  Sans le réaliser nous sommes des consommateurs permanents de ces technologies. Avec les avancées considérables en terme de Big Data et de Deep Learning, les progrès n’ont jamais été aussi rapides et prometteurs. Tour d’horizon sur ce qui nous attend …

La sécurité

La question de la cyber sécurité est plus que jamais d’actualité d’autant que le nombre de cyber attaques ne cesse de croitre. Aujourd’hui l’impact d’une cyber attaque serait conséquent surtout face à la croissance de l’implantation de l’IoT coté consommateurs comme coté professionnel.

La Cyber sécurité est un sujet de préoccupation depuis les années 90 étant donné que le nombre d’utilisateurs augmentait de façon prolifique à cette époque. Puis la connectivité est arrivée sur le marché du mobile dans les années 2000 et le problème de la sécurité a encore une fois été soulevé. Aujourd’hui l’internet des objets est une révolution qui fait peur car elle implique un grand nombre d’appareils interconnectés qui sont perpétuellement en ligne, ce qui augmente de façon significative le risque d’attaques massives.

Le gouvernement Américain a réagit face à la menace et publie deux « guides » sur la cyber sécurité des IoT. Le principe de ces deux documents est de faire prendre conscience de l’importance de se protéger ou de protéger sa société face au piratage et à terme de susciter l’action.

Ici les deux publications.

  1.  National Institute of Standards and Technology
  2.  U.S. Department of Homeland Security
IoT

Le business

Au niveau professionnel, l’AI est redoutée. En effet de gros bouleversement sont attendus dans plusieurs domaines et pourraient avoir un impact négatif sur l’emploi. Un des points d’inquiétude quant à l’AI, est sa capacité à « remplacer l’homme » et même rendre l’intervention humaine caduque. L’université de Stanford a récemment fait une étude sur le sujet et nous prouve que nos inquiétudes sont justifiées. Les résultats suggèrent que d’ici 2020, l’AI pourrait avoir complètement restructuré le marché du travail, créant de nouveau types d‘emplois (notamment dans le domaine du digital) mais surtout en faisant disparaître beaucoup de métiers et d’intermédiaires dans les chaines de travail.

De grandes innovations sont aussi en construction. Nous assisterons par exemple à l’arrivée des premiers prototypes de contrats intelligents construits sur le model Blockchain. Des experts cherchent encore une solution fiable pour activer des transactions financières autonomes. Avec la technologie du Blockchain* on s’assure que les transactions sont correctement distribuées. Les premiers tests IRL (in real life) sont annoncés d’ici 2017.

L’éducation

Les Chatbots se trouvent dans presque n’importe quel type de service aujourd’hui, que ce soit dans la réservation de billets de train ou pour la commande en ligne d’un menu dans votre fast-food préféré. Avec des capacités sans cesse en cours d’amélioration, le prochain domaine censé bénéficier du Chatbot est l’éducation.

C’est en tout cas ce que pense la start-up Rikai Labs. Cette plateforme d’apprentissage de l’anglais en ligne basée à Shanghai utilise depuis peu le Chatbot Wechat pour compléter ses cours.

“We don’t really regard the AI as necessarily replacing the teacher,” David Collier, PDG de Rikai Labs. “It’s more like a teacher’s assistant.”

Il ne s’agit donc pas de remplacer les professeurs ou leur connaissances mais plutôt d’utiliser le Chatbot comme un assistant qui peut répondre à des questions ou fournir des supports de travail en parallèle du cours. Pour des entreprises, comme Rikai, qui enseignent en ligne, le Chatbot est une plus value. Cela permet au professeur d’avoir une réelle fluidité durant sa classe.

“Chat [is] this two-way medium. It’s really well-suited for education,” David Collier, PDG de Rikai Labs “You’re chatting with a chatbot and…actually learning at the same time.”

On peut donc légitimement imaginer qu’à court terme les premières classes physiques assistées de Chabot feront leur apparition. Par exemple pour les universités, où certaines classes réunissent des centaines d’élèves, cela pourrait être un moyen de « personnaliser » le cours dispensé.

Le petit plus :

Le « gadget » AI du moment a été créé par le MIT (Massachusetts Institute of Technologies). À l’aide d’un algorithme de Deep Learning, ils ont créé une « Machine à cauchemar ». Il s’agit en fait d’une simulation d’images et de situations qui sont susceptibles de nous effrayer. Et le plus effrayant est que comme il s’agit de Deep Learning, la machine apprend de ses précèdents résultats pour être de plus en plus performante et devenir véritablement terrifiante.

Bien évidemment, cette technologie n’a pas été inventée juste pour nous effrayer. Il s’agit en réalité d’un moyen de mesure et d’analyse de la peur et de l’anxiété que peut provoquer l’AI chez chez l’Homme.

*Blockchain : Lien ici