Categories
A.I Applications Digital Business Life in China Marketing Mobile Shanghai

Quelles innovations la Chine a-t-elle mis en place suite au Covid-19 ?

La Chine utilise la big data dans le cadre de la lutte contre l’épidémie du coronavirus. De ce fait, quels types d’innovations la Chine a-t-elle mis en place suite au Covid-19 ?

1. Les robots :

Pour contrôler la propagation du virus, un robot mobile intelligent avec des fonctions telles que la reconnaissance faciale et la prise de température se promène dans la ville de Suzhou.

Les robots ont aussi joué un rôle important à Wuhan, notamment pour livrer du matériel médical important lorsque la ville a restreint les déplacements.

2. Les QR codes : 

  • Des QR codes dans le métro de Shanghai afin de déterminer si une personne infectée se situe près de vous dans la rame

Le métro de Shanghai permet aux citoyens chinois de scanner un QR code qui enregistre le numéro de téléphone. Son numéro de téléphone est toujours lié à sa carte d’identité, cela permet donc au métro de Shanghai de déterminer l’identité exacte du voyageur et d’identifier dans quel compartiment du métro il se trouve. D’après South China Morning Post, les QR codes sont utilisés dans les 6 000 rames de métro de la ville de Shanghai.

  • Des QR codes pour confirmer son identité dans les bus ou les taxis

Pour diminuer la propagation du virus, la population doit se connecter grâce à un QR code avant de monter dans un bus ou un taxi. Grâce au QR code, le voyageur s’identifie et certifie ainsi son identité et ses informations personnelles.

  • Des QR codes pour évaluer sa santé

Sur WeChat ou Alipay, un mini-programme permet d’évaluer la santé de la population. Il suffit d’indiquer sa santé actuelle ainsi que ses historiques de voyage pendant les semaines précédentes. Le code « vert » signifie que le citoyen peut se déplacer librement dans la ville. Le code « jaune » annonce que le citoyen doit subir 7 jours de quarantaine, et le code « rouge » exige 14 jours de quarantaine. Ce QR code couleur sert de contrôle santé, il est sérieusement utile avant d’entrer dans des lieux publics.

3. Des ascenseurs sans boutons :

Adieu les microbes ! Grâce à un système d’hologrammes, des boutons futuristes font leurs apparitions dans les ascenseurs en Chine.

Par exemple, il existe un ascenseur où les utilisateurs ont la possibilité « d’appuyer » sur le bouton sans même toucher l’interface. D’après Creapills, c’est un dispositif qui s’appuie sur « une technologie d’imagerie holographique interactive par projection visuelle dans l’air (pouvant ainsi projeter “dans l’air” les boutons de l’ascenseur, ainsi que l’interface de fonctionnement des machines en libre-service) ».

Par ailleurs, une autre innovation apparaît, celle de Huawei Cloud et Waglong Intelligence. Les deux entreprises ont développé un ascenseur « sans contact » connecté et contrôlé grâce à notre smartphone (utilisant la reconnaissance faciale, le bluetooth, le QR code, etc…).

4. La reconnaissance faciale avec un masque :  

Le port du masque est très courant en Chine, surtout en période de crise sanitaire ou de forte pollution. Cette innovation révolutionnaire est une création de la société Hanwang Technoloy. Elle affirme un taux de réussite de 95% quand les personnes portent un masque, et un taux de 99,5% quand les personnes ne portent pas de masque.

 

On constate alors que Chine a mis en place de nombreuses autres innovations, notamment dans le secteur de la restauration, de la santé, de l’éducation, etc, pour freiner la propagation de l’épidémie. Ces innovations ont démontré que la technologie peut largement aider un pays à vaincre une crise sanitaire.

 

Sources: 

Xinhua net – Xinhua headlines – China goes high-tech in fight against coronavirus – 14 Mars 2020

South China Morning Post – Shanghai introduces QR codes on subway to track potential contact with coronavirus – 28 Févirer 2020

La French Tech Shanghai – The Coronavirus Tech Innovation

Crea pills – Chine : des boutons d’ascenseurs holographiques pour éviter les contacts – 20 Mars 2020

Presse citron – En Chine, la reconnaissance faciale fonctionne désormais même avec le port d’un masque – 12 Mars 2020

Categories
Alibaba BAT Business China Chinese E-Commerce Plateforms Digital Business eCommerce EU-CHINA Marketing Retail

Quelle plateforme e-commerce pour vendre son vin en Chine?

Quelle plateforme e-commerce pour vendre son vin en Chine?

Aujourd’hui, l’écosystème digital en Chine se divise entre 3 gros acteurs: les BAT (Baidu, Alibaba, Tencent). En 2002, la Chine comptait 12 millions d’utilisateurs d’Internet. En Janvier 2019, le nombre total d’utilisateurs d’Internet en Chine atteignait 802 millions de personnes.

Il est alors fondamental de comprendre que l’e-commerce est aujourd’hui un réel « way of life » en Chine. Quels sont alors les sites e-commerce les plus adaptés au marché du vin ?

Le rapport de Totem media analyse les différentes parts de marché du e- commerce en Chine. Dans le marché du retail, Tmall s’avère être le leader du secteur avec 55% des parts, suivi de JD (25,2%), Pinduoduo (5,9%), Suning (4,9%), Vipshop (4,3%), et les autres (5,3%).

Zoom sur JD et TMALL

JD.com

Les données du rapport 2018 de JD.com sur le marché des boissons alcoolisées en ligne démontrent que ce secteur a pleinement adopté le e-commerce.

Au fil du temps, ce marché a su maintenir un taux de croissance explosif de plus de 50% en 2017. Cette croissance contraste fortement avec le marché offline qui apparaît stable. Les ventes en ligne à Pékin et Shanghai ont diminué. Ce sont certaines provinces comme Shandong, Jiangsu, Hebei, Henan qui explique la croissance globale de ce secteur.

En terme de ventes, les données ci-dessus démontrent que dans le Top 5 des vins rouges les plus vendus sur JD.com, 3/5 sont des vins importés (Château Lafite, Penfolds et Yellow tail).

La plate-forme a analysé une forte augmentation des ventes de boissons alcoolisées pendant les fêtes nationales. En effet, les pics les plus élevés de l’année sont liés aux réunions de famille pendant le Nouvel An Chinois (Janvier), et aux promotions pendant le 11.11 (Novembre). En fait, un questionnaire d’enquête «Things about Drinking» lancé par JD.com montre que plus de 77,4% des consommateurs estiment que les promotions sont les facteurs prioritaires affectant leur achat en ligne.

Tmall

Le rapport de Tmall sur la consommation d’alcool en ligne constate également que les transactions de ce secteur ont augmenté rapidement. En effet, avec un taux de pénétration du e-commerce de plus en plus élevé dans les plus petites villes de Chine, l’achat de l’alcool en ligne augmente.

Un graphique dévoile les tendances dans le marché de l’alcool en ligne. Le 1er graphique observe que les spiritueux sont les plus vendus sur la plateforme (suivis des vins locaux, des bières, des vins importés, des alcools de riz, des vins fruités et du vin de cuisine). Les vins importés n’obtiennent donc pas une énorme part de marché sur TMALL. Cependant, le 2ème graphique considère que les vins fruités et les vins importés catégorisent la plus forte croissance annuelle. Autrement dit, on peut prédire que la part de marché des vins importés en ligne ne peut qu’augmenter.

Par ailleurs, le rapport mentionne le Top 5 des vins rouges préféré sur la plateforme. Changyu apparaît en 1ère position, suivi de Greatwall, Lafote, Roosar et Château Monlot. On constate alors une préférence pour les vins rouges chinois et français.

De 2017 à 2018, on observe une autre tendance: les femmes dépensent et consomment plus. En général, les femmes préfèrent le vin sec, mais celles nées à partir de 1990 préfèrent davantage les vins fruités.

Cependant, d’autres plateformes e-commerce plus petites ne sont certainement pas à négliger.

 

Candice Echavidre – MBADMB Shanghai 

Sources:
Hootsuite Global Digital Reports – Simon Kemp 2019
TMALL 2018 Online alcohol consumption report
JD 2018 Online alcohol consumption report
Totem Media – Chris Baker – Trends, Social Marketing in China – 2019
Categories
China Marketing Shanghai

Le guide du tri sélectif à Shanghai

Le guide du tri sélectif à Shanghai

Tout savoir sur le tri sélectif au sein de votre résidence à Shanghai! 

Lors de mon arrivée dans les rues de Shanghai, j’ai été agréablement surprise par la propreté de la plus grande ville de Chine.  

Depuis le 1er Juillet 2019, cette métropole internationale de 24 millions d’habitants a été la première ville Chinoise à mettre en vigueur un règlement pour le tri sélectif. En effet, en France, le tri des ordures ménagères n’est pas obligatoire. En tant qu’expatriéil est alors bon de savoir que cette règlementation est sérieusement à prendre en considération, sous peine d’une amende de 200 Yuan (25€).  

Dans votre résidenceil vous sera alors indiqué  déposer le tri de vos ordures. Cependant, le dépôt des déchets se déroule à des heures spécifiques dans la journée (les horaires peuvent varier d’une résidence à l’autre).  

Attention: à Shanghai, le “code couleur” pour trier ses ordures est différent de celui de la France. De plus, la municipalité a choisi d’organiser le tri sélectif en 4 catégories 

La couleur bleu: Les déchets recyclables 

À Shanghai, les déchets recyclables correspondent à la couleur bleu. Ce sont les ordures que nous avons l’habitude de trier en France dans les poubelles vertes (le verre), les poubelles jaunes (le plastique, le carton et l’aluminium), les poubelles bleues pour certaines communes (papier).

La couleur rouge: Les déchets dangereux 

Les batteries rechargeablesles lampesles piles uséesles médicaments périmés, les insecticides, les peintures et solvants, etc… 

La couleur marron: Les déchets alimentaires ménagers  

Les restes des repas et les déchets organiques périssables (les restes de riz, de nouilles, les épluchures de fruits et de légumes, les arêtes de poissons, les os, etc…). 

 La couleur noire: Les déchets résiduels 

Les mégots de cigarette, la vaisselle jetable, les mouchoirs, le papier toilette, les serviettes hygiéniques, les gros os, les saletés, les produits en céramique, etc…